Lire la version au format PDF ==> La vie Juive Hanoucca 5778

En hébreu, le nom Hanoucca possède la même racine que le mot hinoukh (éducation) ; de
cette similitude apparaît l’existence d’un lien étroit entre ces deux concepts.

Aussi, le nom Hanoucca est constitué des initiales de Heth Nerot Vehalakha Kebeth Hillel, c’est àdire : huit lumières et la loi est fixée comme Beth Hillel. La halakha retient
donc l’avis de Hillel Hazaken selon lequel les lumières sont allumées de façon croissante. Cette énonciation illustre la parenté entre le hinoukh et Hanoucca. Chaque jour nouveau, avec sa nouvelle lumière, donne lieu à un apprentissage et à une compréhension nouvelle,
ainsi qu’à une élévation spirituelle.

Hanoucca correspond au temps où dans les synagogues, nous lisons le récit de la vie de Yossef.

Commençant à s’assimiler à la culture égyptienne, il se souvint de son père juste au moment de flancher. Cela nous renvoie un message fort en matière de hinoukh : même d’un enfant dont à priori n’émanent que difficultés, il sera possible d’en extraire un jour satisfaction, grâce une éducation de qualité dont il ne s’écartera pas une fois adulte et entouré d’influences néfastes.
Beth Hillel considère que chacun doit chercher à se lier à D.ieu même si le mauvais penchant qu’il porte encore en lui est puissant. Même si nous échouons aujourd’hui, même demain, nos efforts créent une étincelle, qui, s’ajoutant aux autres, produira une explosion de lumière, celle de Machia’h, qui fera disparaître pour toujours les souffrances de l’exil et l’obscurité.

Rav Meir Simha Kalmenson
Directeur des Institutions scolaires Kehilat Chné-Or