Spécial Chavouot

0
666

CHAVOUOT

la conclusion de Pessah

 

Le premier mot des 10 commandements commence par le mot…. . je suis l ‘éternel ton D. Les commentateurs ( ) tossefot et ramban demandent : « mais il n’y aucune injonction dans ce premier commandement, c’est simplement une affirmation : « Je suis l’Eternel ton D…. qui t’a fait sortir d’une maison d’esclavage. »

Les commentateurs répondent que cette affirmation est un commandement : « Je suis l’Eternel ton D. et tu as l’obligation de Me chercher et de Me reconnaître ».

Le Midrach explique que le mot (je suis) peut être compris dans un sens plus homilétique comme une abréviation dont la traduction serait celle-ci : le (alef) serait l’abréviation du mot (ana,moi), le (noun) voudrait dire (nafshi,mon âme), tandis que le (caf) signifierait (catvit), je l’ai mis par écrit), et le (youd) voudrait dire (yahavi et je vous l’ai donnée).

La phrase complète signifierait : Moi (Hachem), J’ai pris mon âme, Je l’ai transcrite par écrit, et Je vous l’ai donnée. Le sens de ce Midrach est très profond ; et beaucoup de questions se posent sur cette explication des Rabanim.

Que veut dire l’«âme de Hachem » ? Comment mettre cette âme par écrit ? Comment transmettre cette âme (en écriture) à l’assemblée d’Israël ?

Ce sont des questions qui requièrent une étude longue et approfondie, mais nous pouvons d’une façon succincte avancer quelques réflexions.

Appliquer les commandements divins, mettre en pratique les 613 mitsvot, sont d’une importance fondamentale et d’une gravité extrême, puisque d’après ce midrach cela touche l’essence divine ; tout membre de l’assemblée d’Israël qui se soustrairait à ces commandements provoquerait des conséquences terribles, car si Hachem nous a octroyé une telle responsabilité, comment ne pas y répondre ?

Nous voyons de ce Midrach que les 613 misvot ne sont pas simplement la doctrine divine, mais une partie de l’essence divine, donc un élément encore plus important.

On comprendra à la lumière de ce Midrach, ce que disent les Hahamim sur la notion de punition et de récompense, le gan eden (paradis) et l’enfer, car pour ceux qui transgresseraient ou accompliraient les commandements divins, la punition ou la récompense seraient ineffables. Tout être faisant partie du peuple d’Israël aura à cœur de pencher celui-ci vers les différents cours de Thora qui sont dispensés, afin de se rapprocher de notre Père Céleste, et comprendre ce qu’Il attend de nous.

RAV BENAYOUN Co-directeur du Beth Yaacov Tomer Debora d’Aix-Les-Bains 

lire la suite au format pdf : LVJ-CHAVOUOT-N12

LEAVE A REPLY